Étude d’un papillon rare des bords de route, l’Azuré du Serpolet

Le papillon azuré du Serpolet (Phengaris arion) a un cycle de vie très complexe qui implique une plante, l’origan, et une fourmilière. Son cycle de vie est épatant :

La chenille se développe sur l’Origan (Origanum vulgare). Lorsqu’elle atteint une certaine taille, la chenille se laisse tombée au sol dans l’attente d’être récupérée par une fourmis.

Une fois récupérée, les fourmis emmènent la chenille dans la fourmilière pour la nourrir, le tout en échange d’un liquide sucré produit par la chenille.

Quand la chenille est suffisamment grosse, elle va directement se nourrir dans le couvain de la fourmilière, consommant des dizaines de larves de fourmis, sans être inquiétée par les fourmis.

La chenille passera l’hiver en chrysalide à l’abri du gel, dans la fourmilière et n’en sortira en papillon qu’à l’été suivant.

Nous avons constaté que les bords de route sur le nord-est mayennais étaient bien souvent colonisés par l’origan alors que le papillon n’y était pas connu.

Depuis 2018, nous avons parcouru ces bords de routes favorables à l’espèce afin de vérifier sa présence. L’objectif de la mission est de proposer aux gestionnaires des routes de retarder les dates de fauche sur les secteurs où le papillon est présent afin de lui permettre de réaliser son cycle de reproduction.

Vues les découvertes effectuées depuis deux ans, l’étude est prolongée en 2020 grâce aux financements de la DREAL.

Projets

Groupe hétérocères

Le groupe papillons de nuits s’est réuni 3 fois au cours de l’année 2018. Les rencontres se sont déroulées sur […]

En savoir plus

Services

Thématiques

S'inscrire à notre lettre d'information